9(3)

LA CHUTE DU SECOND EMPIRE DANS LES PAPIERS
DU MATHEMATICIEN EUGENE CATALAN

François JONGMANS
Professeur à l’Université de Liège

Résumé

L’auteur commente quelques lettres reçues par Eugène Catalan, professeur à
l’Université de Liège, en 1870 et 1871.

Samenvatting

De auteur geeft kommentaar op enkele brieven, in 1870 en 1871 ontvangen door
Eugène Catalan, hoogleraar aan de Universiteit te Luik.

Abstract

The author comments upon some letters received, between 1870 and 1871, by Eugène Catalan, Professor at the University of Liège.

Le mathématicien Eugène Catalan (1814-1894), Français né à Bruges,
passa la majeure partie de son existence à Paris, avant d’être nommé, en 1865, professeur ordinaire à l’Université de Liège. Sans être de la lignée des très grands mathématiciens, il a mis à son actif des travaux remarquables par leur qualité, leur nombre et leur diversité. Son activité, dans le centre scientifique sans rival qu’était alors Paris, lui a permis de nouer des contacts nombreux avec des scientifiques de haut vol, français ou non, contacts qui se sont poursuivis, notamment sous forme épistolaire, après la venue à Liège.

Glaisher et Coxwel procédant à des observations météorologiques.

[1 Bull. Soc. roy. Bot. Belg. 119, fascicule 1 (sous presse).

[2Lors de la séance du 2 avril 1986.

[3C’est dans d’autres circonstances qu’un an plus tôt, le 4 septembre 1870, Napoléon avait
traversé Liège en train spécial : il se rendait à son lieu de captivité, le chateau de Wilhelmshöhe.

[4Franceschini Pietri, le secrétaire attitré de Napoléon III, avait accompagné celui-ci à Wilhelmshöhe, puis, le 19 mars 1871, en Angleterre.

[5 Il n’était pas question d’incognito lors du premier séjour d’Eugénie de Montijo à Spa, en
1849, quatre ans avant son mariage avec Napoléon III.

[6Pages de l’édition posthume de 1656, mais le fait est déjà mentionné dans l’édition de 1627.

[7Pages citées d’après la onzième édition, de 1743.

[8 Pages citées d’après la onzième édition, de 1743.



















info visites 176704

     COCOF
                      Avec le soutien de la Commission
                           communautaire française