9(3)

JEAN LEBRUN
ET L’HISTOIRE DES SCIENCES

André LAWALRÉE

Né à Bruges le 27 octobre 1906, Jean Lebrun est mort à Boitsfort le 15
septembre 1985. Il fut entre autres Secrétaire général de l’Institut National pour
l’Etude Agronomique du Congo belge (I.N.É.A.C.), Professeur à l’Université
Catholique de Louvain (U.C.L.), membre de l’Académie royale de Belgique et de
l’Académie royale des Sciences d’Outre-Mer (A.R.S.O.M.).

J. De Sloover a rappelé surtout les travaux de Jean Lebrun sur la végétation européenne et sa carrière professorale ; il a établi la liste des publications
du défunt [1]. A l’Académie royale des Sciences d’Outre-Mer [2], j’ai fait l’éloge
de Lebrun en analysant principalement son œuvre de botanique africaine.

Lebrun a réalisé notamment deux missions d’exploration très importantes, la première de juillet 1929 à février 1933 pour reconnaître les limites de la
forêt équatoriale au Congo belge, la seconde de juillet 1937 à février 1938 dans
le sud du Parc National Albert (Zaïre) et au Parc National de la Kagera (Rwanda).
Il prit une grande part à tout ce qui après la seconde guerre mondiale se fit en
Afrique belge dans les disciplines agricole, forestière et botanique. Il fut ainsi en
relation avec tous les chercheurs qui travaillaient dans ces domaines.

Il fut amené à publier des notices ou des hommages concernant plusieurs d’entre-eux, ainsi que sur l’histoire et l’organisation de la recherche en
Afrique.

Après la décolonisation, il se remit à l’étude de la nature européenne et
publia entre autres des notices historiques surtout sur la botanique et les botanistes belges.

On trouvera dans mainte autre œuvre de Jean Lebrun des paragraphes
faisant l’histoire de l’une ou l’autre question. Toutefois, les principaux de ses travaux d’histoire des sciences sont les suivants :

a) des notices biographiques ou hommages relatifs à Josias BRAUN-
BLANQUET (Vegetatio 30 : 1, 1975), Lucien CAHEN (Africa Tervueren 28 : 11, 1982), Jacques CAPOT (Bull. Séances A.R.S.O.M. 28 : 56, 1984), Jean-Baptiste
CARNOY (U.C.L., Rec. Trav. Hist. et Philol., sér. 6, 15 : 41, 1979), François CRÉPIN (Acad. roy. Belg., Cl. Sci., Florilège des Sciences en Belgique pendant le XIXe siècle et le début du XXe : 595, 1968), Paul FOURMARIER (Acad. roy. Belg., Bull.
Cl. Sci., ser. 5, 55 : 973,1969), Henri GAUSSEN (eod. loco 68 : 387, 1982), René
GERMAIN (Bull. Séances A.R.S.O.M. 28 : 86, 1984), Victor GRÉGOIRE (U.C.L.,
Rec. Trav. Hist. et Philol., sér. 6,15 : 41,1979), Floribert JURION (Bull.lntern. Soc.
Soil Sci. 52 : 32, 1977, & Pédologie 27 : 251, 1978, & Bull. Séances A.R.S.O.M. 
24 : 41,1978), Marius LECOMPTE (Acad. roy. Belg., Bull. Cl. Sci., sér. 5. 56 : 1013,
1970), Edmond LEPLAE (Biographie Nationale 34 : 565, 1968), Jean LOUIS (Bull.
Inst. Agron. Stat. Rech. Gembloux 17 : VI, 1949, & Biographie Nationale 33 : 451,
1966), Pierre MARTENS (Manifestation Pierre Martens : 17, 1966, & Bull. Soc.
roy. Bot. Belgique 115 : 125, 1982, & Acad. roy. Belg., Bull. Cl. Sci., sér. 5 : 68 :
9, 1982), Pierre STANER (Bull. Séances A.R.S.O.M. 31, sous presse), Reinhold
TÜXEN (Phytocoenologia 6 : V, 1979), Victor VAN STRAELEN (Le Flambeau 47 :
210, 1964), Adolphe VAN TIGGELEN (Acad. roy. Belg., Bull. Cl. Sci., sér. 5, 55 : 973, 1960) ;

b) des notes sur l’histoire de la recherche botanique et même biologique en Afrique :
- L’I.N.É.A.C. ; Rev. Coloniale belge 254 : 4p (1957) ;
- La recherche scientifique au Congo belge, spécialement dans le domaine de
la biologie végétale ; Bol. Soc. Portugu. Cienc. Natur. 22 (sér. 2, 7) : 78-80 (1957) ;
- La recherche agronomique ; Belgique d’Outre-Mer 268 : 467-470 (1957) ;
- Les biologistes belges au Congo (Un bilan scientifique) ; Acad. roy. Belg., Bull.
Cl. Sci., sér. 5, 47 : 898-907 (1961) ;
- Phytogéographie, in : Apport scientifique de la Belgique au développement de l’Afrique centrale ; Acad. roy. Sci. Outre-Mer, Livre blanc 2 : 703-713 (1962) ;
- Biologie végétale et agronomie, in : Acad. roy. Sci. Outre-Mer : Cinquantenaire de l’Académie (1928-1978) : 270-286 (1982) ;

c) des notes sur l’histoire de la botanique en Belgique :
- Esquisse d’une histoire de la Botanique et des Botanistes belges pendant le
XIXe siècle et le début du XXe, in : Florilège des Sciences en Belgique pendant le XIXe siècle et le début du XXe : 595-634, Bruxelles, Acad. roy. Belg., Cl. Sci. ;
- Note bibliographique : Un « Cruydeboeck » en 1978. Comment, pourquoi ?
Acad. roy. Belg., Bull. Cl. Sci., sér. 5, 65 : 383-386 (1979).
- Progrès et tendances nouvelles de la biologie végétale en Belgique dans la
période contemporaine, in : Florilège des Sciences en Belgique 2 : 241-245, Bruxelles, Acad. roy. Belg., Cl. Sci.

[1 Bull. Soc. roy. Bot. Belg. 119, fascicule 1 (sous presse).

[2Lors de la séance du 2 avril 1986.

[3C’est dans d’autres circonstances qu’un an plus tôt, le 4 septembre 1870, Napoléon avait
traversé Liège en train spécial : il se rendait à son lieu de captivité, le chateau de Wilhelmshöhe.

[4Franceschini Pietri, le secrétaire attitré de Napoléon III, avait accompagné celui-ci à Wilhelmshöhe, puis, le 19 mars 1871, en Angleterre.

[5 Il n’était pas question d’incognito lors du premier séjour d’Eugénie de Montijo à Spa, en
1849, quatre ans avant son mariage avec Napoléon III.

[6Pages de l’édition posthume de 1656, mais le fait est déjà mentionné dans l’édition de 1627.

[7Pages citées d’après la onzième édition, de 1743.

[8 Pages citées d’après la onzième édition, de 1743.



















info visites 176737

     COCOF
                      Avec le soutien de la Commission
                           communautaire française