9(1)

Préface

En cette année 1985, la Société Royale Belge des Ingénieurs et des Industriels célèbre le centième anniversaire de sa fondation. Depuis cette plate-forme que la magie des chiffres rend solennelle, la SRBII se devait d’interroger le passé et de scruter l’avenir pour faire le point de sa situation au cœur d’un présent riche en problèmes.

Alors que des groupes de techniciens de disciplines diverses associés aux futurologues tentent de repousser le plus en avant les limites de la prospective, dès 1984, la SRBII installait un comité : « L’Ingénieur et l’Histoire » dans le but de développer des recherches historiques et de fournir par ailleurs un centre d’impulsions à des activités existantes, mais éparses, en histoire des sciences et des techniques en Belgique.

Certains courants de pensée affirment que l’histoire peut apparaître comme le scénario inversé de la stratégie prospective. D’autres au contraire croient que dans la dynamique actuelle du savoir et des technologies, l’analyse du passé ne peut fournir des modèles méthodologiques, voire éthiques, reproductibles. Se réservant pour l’instant tout partage en la matière, le Comité « L’Ingénieur et l’Histoire » a mis sur pied trois groupes de travail :
- Un premier groupe « Histoire des Ingénieurs et des Industriels belges » prépare la rédaction de biographies et monographies significatives, organise des colloques sur l’histoire du rôle de l’ingénieur belge dans le paysage industriel, et publie une vaste étude d’orientation : « Le monde de l’Ingénieur en Belgique ».
- Un deuxième groupe de travail a pour objectif la promotion de « l’Enseignement de l’histoire des sciences et des techniques » dans les différents niveaux de l’enseignement. Sous son égide débute, en cette année académique 1985-1986, sous le patronage conjoint du Fonds National de la Recherche Scientifique et de la SRBII, une première expérience d’enseignement de 3ème cycle intercommunautaire et interuniversitaire s’attachant à la formation de chercheurs en histoire des sciences et des techniques.
- Un troisième groupe de travail « Patrimoine Industriel et Technique ancien de la Belgique » a pour objet l’archéologie industrielle, discipline consistant en une analyse qualitative et critique de la révolution industrielle déclenchée au 18ème siècle en Angleterre et répercutée ensuite sur le continent et notamment en Belgique.

Considérée aujourd’hui comme le troisième évènement capital de l’histoire humaine (après la découverte des outils et l’apparition de l’agriculture) la révolution industrielle se poursuit encore de nos jours, d’après certains, chaque fois qu’une innovation rend obsolète les outils de la vieille.

L’archéologie industrielle ou « étude du patrimoine industriel et technique ancien » est une science pluridisciplinaire génératrice de culture technique et industrielle ; les débuts en Belgique sont décrits dans ce livre blanc.

Relevons ici qu’en 1975, sous l’égide du Crédit Communal de Belgique et de la Société Nationale de Crédit à l’Industrie, fut organisée une importante exposition : « Rencontre avec la machine », destinée à répandre dans le public les premières notions d’archéologie industrielle. Les documents et objets présentés auraient pu constituer le noyau d’un futur Musée en cette matière.

Aujourd’hui, dix ans après cette exposition, alors que les deux associations communautaires « Patrimoine Industriel Wallonie-Bruxelles » et « Vlaamse Vereniging voor Industriële Archeologie » se présentent comme porte-parole de ces préoccupations, il nous est apparu nécessaire et urgent de faire le point. Le besoin de définir des lignes directrices pour l’avenir se conjugue avec l’urgence dramatique de quelques activités de sauvegarde. Telle est la justification du libre blanc de la SRBII.

Les contributions au présent ouvrage, reproduites dans la langue de leur auteur, émanent pour la plupart de membres des deux organisations citées, réunis dans le groupe de travail. Elles font d’une part apparaître la situation actuelle de la sauvegarde du Patrimoine Industriel et constituent d’autre part un essai de méthodologie pour les démarches ultérieures. Ces recommandations sont appelées à ouvrir la voie à une future table ronde, voire à des assises nationales devant orienter une politique culturelle d’avenir. Elles permettent la formulation de vœux et de recommandations, témoignage d’un Centenaire à l’aube d’une nouvelle jeunesse.

A. STEINHART
Administrateur
Président du Comité « L’Ingénieur et l’Histoire »

Le 4 décembre 1985

J. FEDERWISCH
Administrateur-Gérant

[1Le règne de la Machine. Rencontre avec l’Archéologie industrielle, Bruxelles, 1975, pp. 36 à 43.

[2Idem, Bruxelles, 1975, p. 168.

[3Voir plus loin J. Liébin, La restauration et la réhabilitation des objets, musées et sites.

[4F. Chantry, Les cents chaufours d’Antoing à Tournai, Tournai, 1979, 320 pages.

[5 Voir J.-P. Ducastelle, Les carrières de Maffle, un site d’archéologie au pays d’Ath, dans Bulletin trimestriel du Crédit communal de Belgique, n°111, janvier 1975, pp. 35 à 47 ; Idem, Archéologie industrielie, dans le patrimoine du pays d’Ath. Un premier bilan, dans Etudes et documents du Cercle royal d’Histoire et d’Archéologie d’Ath et de la région, II, Ath, 1980 pp. 228 à 287.

[6Voir «  Les doigts dans l’engrenage » ou « ceux qui ont fait tourner Tournai », catalogue de l’exposition organisée par la Jeune Chambre économique de Tournai et la Maison de la Culture de Tournai, Tournai, 1977, 124 pages.

[7Compagnie du Canal du Centre, rue des Peupliers, 69 à 7058 Thieu.

[8Liège, 181, 183 pages.

[9Voir aussi la plaquette « Hainaut, terre d’industrie  » publiée par la Fédération du Tourisme du Hainaut 31, Rue des Clercs à Mons, 1983, 95 pages.

[10Voir A. Linters, Industriële Archeologie en Industrieel Erfgoed, dans Extern, IX, (1980), n° 3, pp. 157 a 166 ; Industrieel Erfgoed in Limbourg, 1980, 148 pages.

[11L Administration de la Protection du Patrimoine culturel (Communauté française) a également procédé à la protection de certains sites industriels, comme le charbonnage du Hazard à Cheratte.

[12Cet Inventaire d’archéologie industrielle est consultable aux Archives d’Architecture Moderne, 14 rue Defacqz à 1050 Bruxelles (tel. 02/537.87.45).

[13Ateliers du Bois-du-Luc, rue Saint-Patrice à 7071 Houdeng-Aimeries (La Louvière).

[14A. Thijs, «  Industriële Archeologie » of de « Geschiedenis van de materiële cultuur » ? - ervaringen bij de studie van oude Antwerpse pakhuizen. In : Centrum voor Industriële Archeologie, 1, 2 april 1975, blz. 19-22.

[15Op grond van art. 1 lid 5 van de Archiefwet van 24 juni 1955 kunnen archieven van bijzondere personen of private verenigingen op verzoek van de betrokkenen, naar het Rijksarchief worden overgebracht.

[16H. Coppejans-Desmedt, Gids van de Bedrijfsarchieven bewaard in de openbare depôts van België. Guide des Archives d’Entreprises conservées dans les dépôts publics de la Belgique. Brussel-Bruxelles, 1975 (Ministeries van Nationale Opvoeding en Cultuur - Ministères de l’Education Nationale et de la Culture. Algemeen Rijksarchief en Rijksarchief in de Provinciën - Archives générales du Royaume et Archives de l’Etat dans les Provinces). Voor de aanwinsten van het Rijksarchief sedert 1975, raadplege men de Jaarverslagen van de inrichting.

[17 A. Linters, Het Decreet op de bescherming van het roerend cultureel erfgoed. In : Tijdschrift industrieel erfgoed, 1 ste jg., nr 2, juni 1983, blz. 3-10.

[18W. Bonquet, De Administratie der Registratie en Domeinen en haar archief. Handzame, 1971 (Familia et Patria).

[19Verzameling der Uitvindingsbrevetten (Nijverheidsoctrooien) ; Recueil officiel des marques de fabrique et de commerce déposées en Belgique en conformité de la loi du 1er avril 1879.

[20N. Caulier-Mathy, Les archives de l’Administration des Mines. In : Histoire économique de la Belgique. Traitement des sources et état des questions. Economische Geschiedenis van België. Behandeling van de Bronnen en Problematiek. Actes du Colloque de Bruxelles. Handelingen van het Colloquium te Brussel, 17-19 nov. 1971. Bruxelles-Brussel, 1972, blz. 171-193 (Archives générales du Royaume et Archives de l’Etat dans les Provinces - Algemeen Rijksarchief en Rijksarchief in de Provinciën).

[21Zie voor deze interessante bron, ontstaan vanaf 1824 : Cl. Roose, Het fonds « gevaarlijke en ongezonde gebouwen » : een belangrijke bron voor de industriële archeologie. In : Centrum voor Industriële Archeologie, I, 1 jan. 1975, blz. 11-13. Men raadplege verder de inleidingen van de volgende inventarissen : M. Bourguignon, Inventaire des dossiers concernant les usines et ateliers déposés par l’Administration provinciale du Luxembourg (1831-1954), Brussel, 1964 ; en G. Hansotte, Archives de la province de Liège. Maintenues et permissions d’usines, Brussel 1967 en Dezelfde, Inventaire des archives de la province de Liège. I - Mines, Minières, Carrières : instruction des demandes en concession ou permission ; surveillance et police des exploitations. II- Surveillance des usines établies sur les cours d’eau, Brussel, 1978, de drie laatste inventarissen gepubliceerd door het Algemeen Rijksarchief en Rijksarchief in de Provinciën.

[22A. Zoete, De Documenten in omloop bij het Belgisch Kadaster (1835-1975). Brussel, 1979 (Algemeen Rijksarchief en Rijksarchief in de Provinciën. Miscellanea archivistica XXI).

[23J. Van Oosterweyck, Het Archiefwezen in België. Brussel, 1969, blz, 108 (Vereniging van Belgische Steden en Gemeenten).



















info visites 170275

     COCOF
                      Avec le soutien de la Commission
                           communautaire française