9(1)

A Tournai, la Section d’Archéologie industrielle de la Société royale d’Histoire et d’Archéologie (S.R.H.A.T.) dresse un inventaire sommaire de Tournai [5] et des fours à chaux du Tournaisis [6]. A Antoing, le Foyer socio-culturel installe le Musée de la Pierre dans un ancien four à chaux.

Dans la région du Centre, la Compagnie du Canal, grâce à l’engagement personnel de Jean-Pierre Gailliez, semble être parvenue à persuader l’Administration des Voies navigables de conserver l’ancien canal du Centre avec ses quatre ascenseurs hydrauliques [7].

A Liège, à côté de l’important travail mené dans et autour du Musée de la Vie wallonne et du Musée du Fer et du Charbon, il faut noter l’ouvrage de Christine Wirtgen et Michel Dusart, Visages industriels d’hier et d’aujourd’hui en pays de Liège [8]qui souligne l’intérêt d’un certain nombre de sites industriels de la région.

Avec l’exposition itinérante (depuis 1983) « Hainaut terre d’industrie » la Direction générale des Affaires culturelles du Hainaut a tenu à mettre en valeur à la fois les sites industriels importants et les musées spécialisés, sans oublier les perspectives en matière de développement économique. Avec ses milliers de visiteurs, c’est toute une action d’éducation permanente qui a été ainsi menée par les Affaires culturelles du Hainaut [9].

Dans la partie néerlandophone du pays naît, dès avril 1978, la Vlaamse Vereniging voor industriële Archeologie (V.V.I.A.) qui vise à la conservation du patrimoine industriel flamand grâce notamment à l’action d’Adriaan Linters qui se trouve également impliqué dans le Limbourg avec le Project Industrieel Erfgoed [10].

Si le V.V.I.A joue en Flandre, dès 1979, un rôle important de coordination en matière d’archéologie industrielle, au niveau de la Communauté française, il faut attendre février 1984 pour voir apparaître l’A.S.B.L. Patrimoine industriel Wallonie-Bruxelles (P.I.W.B.).

Le problème de la communautarisation en matière d’archéologie industrielle étant réglé, le moment semble venu aujourd’hui de relancer l’idée d’un véritable inventaire du patrimoine industriel de la Belgique (qu’en est-il des fiches établies par le Centre d’archéologie industrielle ?). Certes, les deux Communautés publient, depuis 1965 Le Patrimoine monumental de la Belgique, mais celui-ci n’accorde qu’une place restreinte au patrimoine industriel [11].

Seul l’inventaire du patrimoine industriel de Bruxelles (19 communes) a été dressé par les Archives d’Architecture Moderne [12].

Un travail important reste donc à faire. Qu’il s’agisse de sauvegarder, conserver, réutiliser ou détruire, cet inventaire apparaît d’une impérieuse nécessité. Pour qu’il soit efficace, il doit être établi sur une base régionale. C’est à ce niveau que le travail sera le plus complet parce qu’il permettra également l’archivage de la mémoire orale, le tout constituant une banque de données régionale. A ce titre, l’Ecomusée régional du Centre [13] a établi le contact avec l’Ecomusée du Beauvaisis qui a entrepris une opération d’inventaire du patrimoine industriel dans les trois départements picards (Aisne, Oise, Somme).

C’est, croyons-nous, une revendication importante qui doit s’inscrire dans le cadre de ce manifeste pour une muséographie des sciences, des techniques et des industries en Belgique.

[1Le règne de la Machine. Rencontre avec l’Archéologie industrielle, Bruxelles, 1975, pp. 36 à 43.

[2Idem, Bruxelles, 1975, p. 168.

[3Voir plus loin J. Liébin, La restauration et la réhabilitation des objets, musées et sites.

[4F. Chantry, Les cents chaufours d’Antoing à Tournai, Tournai, 1979, 320 pages.

[5 Voir J.-P. Ducastelle, Les carrières de Maffle, un site d’archéologie au pays d’Ath, dans Bulletin trimestriel du Crédit communal de Belgique, n°111, janvier 1975, pp. 35 à 47 ; Idem, Archéologie industrielie, dans le patrimoine du pays d’Ath. Un premier bilan, dans Etudes et documents du Cercle royal d’Histoire et d’Archéologie d’Ath et de la région, II, Ath, 1980 pp. 228 à 287.

[6Voir «  Les doigts dans l’engrenage » ou « ceux qui ont fait tourner Tournai », catalogue de l’exposition organisée par la Jeune Chambre économique de Tournai et la Maison de la Culture de Tournai, Tournai, 1977, 124 pages.

[7Compagnie du Canal du Centre, rue des Peupliers, 69 à 7058 Thieu.

[8Liège, 181, 183 pages.

[9Voir aussi la plaquette « Hainaut, terre d’industrie  » publiée par la Fédération du Tourisme du Hainaut 31, Rue des Clercs à Mons, 1983, 95 pages.

[10Voir A. Linters, Industriële Archeologie en Industrieel Erfgoed, dans Extern, IX, (1980), n° 3, pp. 157 a 166 ; Industrieel Erfgoed in Limbourg, 1980, 148 pages.

[11L Administration de la Protection du Patrimoine culturel (Communauté française) a également procédé à la protection de certains sites industriels, comme le charbonnage du Hazard à Cheratte.

[12Cet Inventaire d’archéologie industrielle est consultable aux Archives d’Architecture Moderne, 14 rue Defacqz à 1050 Bruxelles (tel. 02/537.87.45).

[13Ateliers du Bois-du-Luc, rue Saint-Patrice à 7071 Houdeng-Aimeries (La Louvière).

[14A. Thijs, «  Industriële Archeologie » of de « Geschiedenis van de materiële cultuur » ? - ervaringen bij de studie van oude Antwerpse pakhuizen. In : Centrum voor Industriële Archeologie, 1, 2 april 1975, blz. 19-22.

[15Op grond van art. 1 lid 5 van de Archiefwet van 24 juni 1955 kunnen archieven van bijzondere personen of private verenigingen op verzoek van de betrokkenen, naar het Rijksarchief worden overgebracht.

[16H. Coppejans-Desmedt, Gids van de Bedrijfsarchieven bewaard in de openbare depôts van België. Guide des Archives d’Entreprises conservées dans les dépôts publics de la Belgique. Brussel-Bruxelles, 1975 (Ministeries van Nationale Opvoeding en Cultuur - Ministères de l’Education Nationale et de la Culture. Algemeen Rijksarchief en Rijksarchief in de Provinciën - Archives générales du Royaume et Archives de l’Etat dans les Provinces). Voor de aanwinsten van het Rijksarchief sedert 1975, raadplege men de Jaarverslagen van de inrichting.

[17 A. Linters, Het Decreet op de bescherming van het roerend cultureel erfgoed. In : Tijdschrift industrieel erfgoed, 1 ste jg., nr 2, juni 1983, blz. 3-10.

[18W. Bonquet, De Administratie der Registratie en Domeinen en haar archief. Handzame, 1971 (Familia et Patria).

[19Verzameling der Uitvindingsbrevetten (Nijverheidsoctrooien) ; Recueil officiel des marques de fabrique et de commerce déposées en Belgique en conformité de la loi du 1er avril 1879.

[20N. Caulier-Mathy, Les archives de l’Administration des Mines. In : Histoire économique de la Belgique. Traitement des sources et état des questions. Economische Geschiedenis van België. Behandeling van de Bronnen en Problematiek. Actes du Colloque de Bruxelles. Handelingen van het Colloquium te Brussel, 17-19 nov. 1971. Bruxelles-Brussel, 1972, blz. 171-193 (Archives générales du Royaume et Archives de l’Etat dans les Provinces - Algemeen Rijksarchief en Rijksarchief in de Provinciën).

[21Zie voor deze interessante bron, ontstaan vanaf 1824 : Cl. Roose, Het fonds « gevaarlijke en ongezonde gebouwen » : een belangrijke bron voor de industriële archeologie. In : Centrum voor Industriële Archeologie, I, 1 jan. 1975, blz. 11-13. Men raadplege verder de inleidingen van de volgende inventarissen : M. Bourguignon, Inventaire des dossiers concernant les usines et ateliers déposés par l’Administration provinciale du Luxembourg (1831-1954), Brussel, 1964 ; en G. Hansotte, Archives de la province de Liège. Maintenues et permissions d’usines, Brussel 1967 en Dezelfde, Inventaire des archives de la province de Liège. I - Mines, Minières, Carrières : instruction des demandes en concession ou permission ; surveillance et police des exploitations. II- Surveillance des usines établies sur les cours d’eau, Brussel, 1978, de drie laatste inventarissen gepubliceerd door het Algemeen Rijksarchief en Rijksarchief in de Provinciën.

[22A. Zoete, De Documenten in omloop bij het Belgisch Kadaster (1835-1975). Brussel, 1979 (Algemeen Rijksarchief en Rijksarchief in de Provinciën. Miscellanea archivistica XXI).

[23J. Van Oosterweyck, Het Archiefwezen in België. Brussel, 1969, blz, 108 (Vereniging van Belgische Steden en Gemeenten).



















info visites 174410

     COCOF
                      Avec le soutien de la Commission
                           communautaire française