8(3)

Aangehaalde boeken en artikelen

Algemene ... scheepsbouw, 1716. - Algemene en verbeterde Hollantsche scheepsbouw, Amsterdam.

Aubin, 1747. - Dictionnaire de la marine, contenant les termes de la navigation et de l’architecture navale, Parijs.

I. Balassa, 1974. - Uber die Forschung der Geschichte der Arbeitsgeräte, in Acta Ethnographica, 23, 113-119.

L. Bosman. - Burgerlijke bouwkunde. Houtbewerking, Rotterdam.

L. Brouwers, 1973. - Het juiste woord. Standaard betekeniswoordenboek der Nederlandse taal, Antwerpen-Utrecht, 5de uitg.

F. Craps, 1940. - Aanschouwelijk woordenboek, Turnhout.

J. David, 1982a. - Het middeleeuws veegmes of een belangrijke kleinigheid, in Technologia 5, 10-16.

J. David, 1982b. - Bestemming en gebruik van het werktuig, in Ons Industrieel Erfgoed, 1, 161- 168.

J. David, 1984a. - De paardemesthaak, in Eigen Schoon en De Brabander, 67, 64-66.

J. David, 1984b.- Rupsenbestrijding door de eeuwen heen, Grimbergen (Museum voor de Oudere Technieken, uitgave 1.3.).

W.L. Goodman, 1972. - The history of woodworking tools, London.

D. Grothe, 1866. - Mechanische technologie, Gorinchem.

Guide, 1969. - Guide for the preparation of classified vocabularies (example of method), (ISO Recommendation R. 919).

Houtwoordenlijst 1951 . - (N. 5008).

B. Koechlin, 1971. - Pour une ethno-technologie in Asie du Sud-Est et monde insulindien, 2.3.

G.P.J. Mossel, 1859. -Handleiding tot de kennis van het schip, Amsterdam.

Naming principles. -ISO recommendation 704-1968.

W.M.F. Petrie, 1917. - Tools and weapons, London.

K.R. Schultz-KIinken, 1975. - Die Entwicklung der ländlichen Handarbeiten in Südwest-Deutschland, in Der Museumfreund 14-15.

Scientific and technical translating. - Scientific and technical translating and other aspects of the language problem, 1958/2 (Unesco, Documentation and terminology of science).

Tech-term 1958. - Tech-term. Internationaal aanschouwelijk technisch woordenboek, Amsterdam-Brussel.

Terminologie 1962. - Terminologie. Begripsvorming en definiëring (ontwerp 3188 van het Nederlands Normalisatie-Instituut.

B.J. Tideman, 1861. - Woordenboek van scheepsbouw, Vlissingen.

Van Dale, 1970. - Van Dale. Groot woordenboek der Nederlandse taal, ’s-Gravenhage, 9de uitg.

J. Van Lennep, 1856. - Zeemans-woordenboek, Amsterdam.

J. Weyns, 1950. - Spiraalvlechtwerk uit de Kempen, in Volkskunde, 51, 118-126.

N. Witsen, 1671. - Architectura navalis, Aeloude en hedendaagsche scheepsbouw en bestier, Amsterdam.

E. Wuster, 1970. -Internationale Sprachnormung in der Technik, besonders in der Elektrotechnik. (Die Nationale Sprachnormung und ihre Verallgemeinerung), Bonn, 3de uitg. (Sprachforum, Beihefte nr 2).

J.I.S. Zonneveld, 1981. - Vormen in het landschap. Hoofdlijnen van de geomorfologie, Utrecht-Antwerpen.

[1Pour un historique plus détaillé, on consultera Todhunter (1949), Maistrov (1974) et les nombreux articles de Sheynin parus, pour la plupart, dans la revue Archive for history of exact sciences.

[2Les jeux de hasard constituent des situations « idéales » dans la mesure où l’on peut établir, par l’analyse combinatoire, les probabilités les concernant sans recours à l’expérience. Cette « idéalité » se retrouve par exemple dans l’hypothèse selon laquelle les dés utilisés sont parfaitement homogènes.

[3D’Alembert, le premier, mettra en cause cette notion dans l’article « Croix ou pile » de l’Encyclopédie (en 1754).

[4 (T) apparaît déjà chez A. de Moivre (en 1718) mais plutôt comme une propriété de la probabilité (non définie).

[5Todhunter (1949, p. 73) signale cependant que Leibniz était réticent à l’adopter.

[6On trouvera chez Kneale (1949, pp. 201-214) une étude des différentes tentatives - de Bernoulli à Keynes (1921) en passant par Laplace - de justifier cet usage inverse.

[7Les jeux de hasard constituent bien plus qu’une simple illustration. Ils sont là, à tout instant, utilisés comme exemples, voire même comme modèle, pour la théorie. Dans les pages 1 à 28 (exposé des principes de l’Essai, le jeu de « croix ou pile » est cité aux pages 12, 16, 18, 19, 23, 25 ; le tirage au sort (loterie ou urne) aux pages 7, 9, 15, 19 et 20 ; le jeu de dés n’apparaît qu’en page 13.

[8P désigne ici la probabilité a priori (T).

[9probabilité (E) ici.

[10Comme dans l’exemple cité relatif aux opinions des juges où ni (T) ni (E) ne fournissent immédiatement la probabilité cherchée.



















info visites 225002

     COCOF
                      Avec le soutien de la Commission
                           communautaire française